fermer

Article écrit le 25 avril 2012 • classé dans Mémoire

Communiquer avec la personne malade

Même lorsque les mots manquent, un échange doit toujours être possible.
La communication avec la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée est un processus qui implique autant le langage verbal que le langage non verbal. Même si la personne malade ne saisit plus la signification des mots, elle demeure sensible au climat affectif et au ton de la voix.
Si elle se sent en confiance, la communication a toutes les chances de réussir. Selon certains chercheurs, une part très importante de la communication se fait sur le plan du langage non verbal et l’on sait que cette forme de communication reste intacte chez la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer.fiche Communiquer avec la personne malade 2011 BD

Article écrit le • classé dans Mémoire

Le livre vert de la maladie d’Alzheimer

Cet ouvrage est une production de l’Association France Alzheimer et maladies apparentées, Union
nationale des Associations Alzheimer, réalisée à l’initiative de Jean Doudrich, avec la participation
du Professeur Bruno Dubois, du Professeur Jean-Jacques Hauw et de Jean Petitpré.

livre_vert_ alzheimer_2006

Article écrit le 24 janvier 2012 • classé dans Mémoire

HAS : Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : diagnostic et prise en charge

Suite au retrait par la Haute Autorité de Santé en mai 2011 de la recommandation de bonne pratique « Diagnostic et prise en charge de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées » (publiée en mars 2008), un nouveau groupe de travail s’est vu confié la mission de réviser cette recommandation.

Les différents thèmes abordés sont :

  • la conduite à tenir devant un trouble cognitif
  • la conduite à tenir devant la suspicion d’une maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée
  • les éléments du diagnostic étiologique de la maladie neuro-dégénérative ou vasculaire
  • la mise en place de la prise en charge
  • les traitements médicamenteux spécifiques
  • les interventions non médicamenteuses
  • les interventions portant sur les aidants (familiaux et professionnels)
  • les éléments du suivi.

Le diagnostic et la prise en charge de ces maladies nécessitent des compétences pluriprofessionnelles coordonnées. Ces recommandations sont destinées aux nombreux acteurs médicaux, mais aussi non médicaux, qui interviennent auprès de ces personnes.

Consulter la recommandation  :

reco2clics_maladie_d_alzheimer_et_maladies_apparentees_diagnostic_et_prise_en_charge

Article écrit le • classé dans Mémoire

HAS : Maladie d’Alzheimer et autres démences

L’objectif de ce guide est d’expliciter pour les professionnels de santé la prise en charge optimale et le parcours de soins d’un malade admis en ALD au titre de l’ALD 15 maladie d’Alzheimer et autres démences. C’est un outil pragmatique auquel le médecin traitant peut se référer notamment au moment d’établir le protocole de soins conjointement avec le médecin-conseil et le patient.

Ce guide concerne le diagnostic et la prise en charge de la maladie d’Alzheimer et des principales maladies apparentées : démence vasculaire, démence à corps de Lewy, démence associée à une maladie de Parkinson et dégénérescence lobaire fronto-temporale).

Maladie d’Azheimer et autres démences : gm_alzheimer_finale_web_juin2009

Liste des actes et prestations de l’affection longue durée : lap_alzheimer_finale_web_juin2009

Article écrit le 10 janvier 2012 • classé dans Mémoire

HAS : Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : suivi médical des aidants naturels

Ces recommandations portent sur l’organisation et le contenu d’une consultation annuelle qui est à proposer aux aidants naturels de personnes ayant une maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée. Sont concernés les aidants naturels ou informels de patients ayant une maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée diagnostiquée.

Les questions traitées sont les suivantes :

Définition des aidants naturels
Proposition d’une consultation annuelle
Contenu de la consultation annuelle
Interventions pouvant être proposées aux aidants naturels
Evaluation

L’élaboration de ces recommandations de bonne pratique s’intègre dans la mesure n° 3 du Plan Alzheimer 2008-2012 et répond également à une demande de la Direction de la sécurité sociale.
recommandation_maladie_dalzheimer_-_suivi_medical_des_aidants_naturels

Article écrit le • classé dans Mémoire

HAS : Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic

Ces recommandations portent sur l’annonce et l’accompagnement du diagnostic de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées. Sont concernés les patients souffrant d’une maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée pour lesquels le diagnostic a été posé et doit être annoncé. La stratégie diagnostique n’est pas abordée dans ces recommandations.

Les questions traitées sont les suivantes :

Prérequis à l’annonce du diagnostic
Annonce du diagnostic
Accompagnement du diagnostic
Situations particulières (déni ou anosognosie ; angoisse majeure ; stade sévère de la maladie ; isolement social ; dégénérescence lobaire fronto-temporale ; opposition de la famille)

L’élaboration de ces recommandations de bonne pratique s’intègre dans la mesure n° 8 du Plan Alzheimer 2008-2012.

recommandation_maladie_alzheimer_annonce_et_accompagnement_du_diagnostic

Article écrit le • classé dans Mémoire

HAS : Confusion aiguë chez la personne âgée : prise en charge initiale de l’agitation

Ces recommandations concernent la prise en charge initiale de tous les patients âgés ayant une confusion aiguë et agités, avec ou sans démence connue sous-jacente. Si la prise en charge des patients atteints de maladie d’Alzheimer ou apparentés présente des spécificités, elle donne lieu à des recommandations spécifiques. Est exclue de ces recommandations la prise en charge de la confusion aiguë postopératoire.

Les recommandations visent à répondre aux questions suivantes :

Comment identifier une confusion aiguë ? Quels sont les symptômes de confusion aiguë à rechercher ? Quelles sont les indications de l’hospitalisation ?
Quelles sont les causes cliniques vitales ou évidentes à rechercher avant une sédation ?
Quelles sont les situations au cours de confusion aiguë chez les personnes âgées pour lesquelles une sédation médicamenteuse de courte durée est justifiée en complément des autres modalités de prise en charge ?
Quelles sont les modalités d’une sédation médicamenteuse de courte durée ?
Quelles modalités de surveillance mettre en œuvre une fois l’agitation contrôlée ?

Ces recommandations ont été élaborées par la HAS dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012 (mesure 15).

confusion_aigue_chez_la_personne_agee_-_recommandations_2009-07-08_16-58-24_661

Article écrit le • classé dans Mémoire

HAS : Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs

Méthode     Recommandation pour la pratique clinique

Promoteur     Haute Autorité de Santé

Objectifs     Ces recommandations portent sur la prise en charge des troubles du comportement jugés par l’entourage (aidants et proches, professionnels intervenant auprès du patient, autres patients, etc.) comme dérangeants, perturbateurs, dangereux, que ce soit pour le patient ou pour autrui (opposition, agitation, agressivité, comportements moteurs aberrants, desinhibition, cris, idées délirantes, hallucinations, troubles du rythme veille-sommeil). Les troubles du comportement déficitaires ou de retrait (apathie, repli sur soi, dépression), également fréquents au cours de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées, et leur prise en charge ne sont pas traités dans ces RBP.

Ces recommandations visent à :

homogéiser les pratiques en termes de diagnostic, de prévention et de traitement des troubles du comportement perturbateurs ;
promouvoir les techniques de soins non médicamenteuses ;
éviter les prescriptions inappropriées, systématiques ou prolongées de psychotropes, en particulier de sédatifs et de neuroleptiques.

Ces recommandations ont été élaborées par la HAS dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012 (mesure 15).

Recherche
documentaire     De 1998 à mai 2009

Date de
validation     mai 2009

maladie_dalzheimer-troubles_du_comportement_perturbateurs-recommandations

Article écrit le • classé dans Mémoire

HAS : L’orthophonie dans la prise en charge des patients Alzheimer

Les orthophonistes rappellent leur rôle dans les stratégies non médicamenteuses :

Communique-de-la-FNO_20120103_Alzheimer

Article écrit le • classé dans Mémoire

HAS Maladie d’Alzheimer : une nouvelle recommandation pour le diagnostic et la prise en charge

La Haute Autorité de Santé a actualisé sa recommandation « Diagnostic et prise en charge de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées » publiée en mars 2008 et retirée par la HAS en mai 2011 (1) . La HAS publie aujourd’hui une version révisée par un nouveau groupe de travail qui tient compte des évolutions récentes autour de la prise en charge de la maladie, notamment les nouvelles conclusions de la Commission de la Transparence de la HAS sur les traitements médicamenteux ainsi qu’une définition du parcours de soins des patients. Cette recommandation s’intègre aux mesures du plan Alzheimer 2008-2012.

Depuis septembre 2011, un nouveau groupe de travail composé de professionnels de spécialités et de pratiques différentes (médecins généralistes, neurologues, gériatres, psychiatres, infirmiers, etc.), ainsi que de l’association France Alzheimer, s’est réuni afin d’actualiser la recommandation publiée en mars 2008 rendue publique aujourd’hui par la Haute Autorité de Santé sous l’intitulé «Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées (2) : diagnostic et prise en charge».

Pour plus de lisibilité et une meilleure appropriation par les professionnels, cette nouvelle recommandation suit les étapes du parcours de soins du patient, depuis les premiers symptômes (troubles cognitifs) jusqu’à la prise en charge pluridisciplinaire nécessaire à un stade avancé de la maladie.

Une clarification du parcours de soins
Le médecin généraliste traitant est le pilote de l’organisation des soins centrée sur le patient. Il réalise l’évaluation initiale du patient présentant des troubles de la mémoire. Dans les cas où cette évaluation ne révèle pas d’altération des facultés de mémoire, de jugement, de compréhension, etc., il est recommandé d’en réaliser une autre 6 mois à 12 mois plus tard. En revanche, si une altération est avérée, le binôme médecin généraliste traitant/spécialiste réalise les tests et examens nécessaires. Le médecin spécialiste pose le diagnostic de la maladie d’Alzheimer et l’annonce au patient. C’est ensuite le médecin généraliste traitant qui, après avoir échangé avec le patient et son entourage sur la bonne compréhension des enjeux du diagnostic, leur propose un plan de soin et d’aides. Assisté d’un professionnel formé (infirmière coordonnatrice de réseau de santé par exemple), le médecin généraliste traitant se chargera de mettre en œuvre les mesures d’accompagnement en lien étroit avec les aidants naturels, etc.

Un traitement médicamenteux à personnaliser
Deux notions clés de l’avis de la Commission de la Transparence sur les médicaments de l’Alzheimer rendu le 27 octobre 2011 ont été intégrées dans cette recommandation :
– le traitement médicamenteux est une option dont l’instauration ou le renouvellement est laissé à l’appréciation du médecin spécialiste prescripteur;
– au-delà d’un an, une concertation pluri professionnelle avec le patient (si son état le permet), son aidant, le médecin généraliste traitant, le gériatre et le neurologue ou le psychiatre est préconisée pour réviser la prescription et vérifier l’intérêt pour le patient de poursuivre le traitement et ce, afin d’assurer un suivi de qualité et personnalisé.

Un travail global de la HAS sur la maladie d’Alzheimer
Ce travail vient compléter l’ensemble de travaux menés par la Haute Autorité de Santé sur la maladie d’Alzheimer auxquels les professionnels peuvent se référer sur le site Internet de la HAS :

Des recommandations de bonne pratique sur des situations cliniques spécifiques :

– Prise en charge des troubles du comportement perturbateurs (2009),
– Confusion aiguë chez la personne âgée : prise en charge initiale de l’agitation (2009),
– Annonce et accompagnement du diagnostic (2009),
– Suivi médical des aidants naturels (2010).

Le programme AMI (Alerte, Maîtrise et Iatrogénie) Alzheimer pour réduire l’usage inapproprié des neuroleptiques et améliorer la prise en charge des troubles du comportement dans cette maladie et les démences apparentées, mis en œuvre depuis 2008,

Le guide ALD 15 (Affection Longue Durée) qui définit la prise en charge optimale et le parcours de soins d’un malade admis en ALD au titre de l’ALD 15 maladie d’Alzheimer et autres démences, actualisé en juin 2010.

Article écrit le 11 mai 2011 • classé dans Mémoire

Alzheimer reportage sur le « plan Alzheimer »

Diffusé par France 5 : le reportage sur le bilan du « plan Alzheimer » : Lien

Article écrit le 13 mars 2011 • classé dans Mémoire, Neurologie

Revue Avis de recherche

une revue consacrée aux études scientifiques sur la maladie d’Alzheimer : lien

Article écrit le • classé dans Mémoire, Neurologie

HAS: recommandations pratiques pour le diagnostic de la maladie d’Alzheimer

Texte des recommandations : diag alzh

Article écrit le • classé dans Mémoire, Neurologie

HAS : Prise en charge non médicamenteuse de la maladie d’Alzheimer et des troubles apparentés

Modalités de traitements non pharmacologiques de la maladie d’Alzheimer et des troubles apparentés : alzheimer

Article écrit le • classé dans Aphasie, Mémoire

HAS :Prise en charge initiale des patients adultes atteints d’accident vasculaire cérébral – Aspects paramédicaux

Les recommandations concernent la prise en charge paramédicale des patients atteints d’accident vasculaire cérébral (AVC) à la phase aiguë : lien

Article écrit le • classé dans Aphasie, Mémoire

HAS : Rééducation de la voix, du langage et de la parole

Définition de conditions de réalisation des actes : lien