fermer

Article écrit le 19 novembre 2012 • classé dans Dys, Dyscalculie, Dysgraphie, Dyslexie, Dysorthographie, Dysphasie, Dyspraxie

Faut il faire reconnaître un enfant DYS par la MDPH ?

Passer par la MDPH, implique d’accepter la notion de handicap. Or, certains élèves dyslexiques ont effectué leur scolarité sans aménagement particulier, avec ou sans la bienveillance de leurs enseignants par rapport à leurs troubles, préférant même pour certains ne pas les dévoiler ? Par peur du rejet ou de la stigmatisation, voire de l’ « étiquetage ». D’aucuns préfèrent parfois redoubler plutôt que de bénéficier du tiers temps aux examens.

Aujourd’hui, la situation n’est pas encore idéale, peu d’enseignants sont formés, peu de médecins de ville connaissent réellement ces troubles, il n’y a pas toujours d’orthophoniste à proximité.

Alors quelle stratégie adopter : faire, ou ne pas faire reconnaître son enfant par la maison du handicap ?

Il n’y a pas de réponse unique à cette question, ni de bonne, ni de mauvaise réponse. Cela dépend entre autre :
- de la sévérité de la dyslexie et du niveau des difficultés rencontrées ;
- de la précocité et de la qualité de la rééducation, (d’autant plus efficace qu’elle est précoce) ;
- du ressenti de l’enfant et de celui de ses parents ;
- de l’environnement scolaire, enseignants compréhensifs ;
- des besoins du moment (examens, coût des rééducations, coût d’une école privée…) ;
- du nombre d’intervenants autour de l’enfant (enseignants, rééducateurs, éducateurs) qui ont besoin de travailler en cohérence ;
- du PPS nécessaire à l’élève s’il a besoin de bénéficier d’un certain nombre d’aménagements de sa scolarité : photocopies, enregistrement des cours, utilisation d’un traitement de texte avec correcteur d’orthographe, dictionnaire électronique, absence de l’établissement pour rééducation sur le temps scolaire…

C’est à chacun de choisir sa stratégie et les diverses voies possibles.

Il faut savoir que pour les enfants dyslexiques-dysorthographiques la reconnaissance du handicap relève majoritairement de l’initiative des parents.

Dans le cadre d’aménagement aux examens, la demande devra toujours être faite individuellement pour chaque examen, auprès du médecindé signé par la CDAPH, même si le collégien, le lycéen ou l’étudiant bénéficie d’un PPS.

La décision d’aménagement aux examens est indépendante du taux de handicap. Le médecin désigné par la commission rend un avis. Les aménagements dépendent en dernière analyse de l’Education Nationale.

D’autres préfèrent passer les examens dans des conditions ordinaires.

Les difficultés de l’enfant et sa situation sont évaluées régulièrement. Si ses progrès sont jugés suffisants malgré la persistance de quelques difficultés, l’enfant devenu adolescent ou adulte n’aura plus besoin que la société compense son handicap : il ne renouvellera pas la demande de prestation. Il ne sortira cependant pas des listes de la MDPH, en effet, avoir la reconnaissance du handicap permet, à n’importe quel moment d’instruire une nouvelle demande.

D’aucuns peuvent craindre l’inscription à ce fichier.

Il faut savoir aussi que même si la famille reçoit l’AEEH, le PPS n’est pas automatique, il doit faire l’objet d’une demande spécifique de la famille.

L’enfant peut aussi bénéficier d’un PPS sans pour autant relever de l’AEEH (si son taux dehandicap est inférieur à 50%).

Cas particulier si l’école met en évidence un besoin et qu’elle demande à la famille de saisir la MDPH, celle-ci a 4 mois pour le faire. Si au bout des 4 mois la MDPH n’est pas saisie, le directeur en informe l’Inspecteur d’Académie qui le signale alors à la MDPH. Celle-ci doit alors mettre en place une négociation, par l’intermédiaire d’un médiateur, pour amener la famille à faire cette saisie. Seule la famille peut saisir la MDPH. Cela peut poser problème lorsque celle-ci a du mal à admettre le handicap de son enfant ou dans des milieux défavorisés.

Sans passer par la reconnaissance d’un handicap, le PAI, projet d’accueil individualisé reste possible : lorsque les aménagements prévus pour la scolarité d’un élève, ne sont pas d’ordre pédagogique et ne nécessitent pas de demandes particulières auprès de la MDPH, un PAI (projet d’accueil individualisé) peut être élaboré en concertation avec le médecin scolaire qui veille au respect du secret médical.

Si nécessaire, le projet d’accueil individualisé est révisé à la demande de la famille ou de l’équipe éducative de l’établissement scolaire concerné. Hormis les aménagements prévus dans le cadre du projet individualisé, la scolarité de l’élève se déroule dans les conditions ordinaires. Le PAI peut en particulier être demandé pour permettre à l’élève de bénéficier d’une rééducation sur le temps scolaire, de photocopies, d’un aménagement de la durée de composition en classe ou d’une réduction de la longueur des évaluations…

La mise en place d’un PAI est beaucoup plus légère du point de vue administratif que celle d’un PPS : c’est un projet interne à l’établissement scolaire. Un changement d’établissement (ex : entrée au collège, entrée au lycée…) ne garantit pas la prolongation du PAI.

Consultez plus d’articles sur http://www.apeda-france.com

Article écrit le 30 août 2012 • classé dans Dys, Dyscalculie, Dysgraphie, Dyslexie, Dysorthographie, Dysphasie, Dyspraxie

Guides pratiques pour les AVS

Nous sommes deux étudiantes en 4ème année d’orthophonie. Nous avons créé ce site dans le cadre de notre mémoire. Notre projet est de créer et de mettre à votre disposition des guides pratiques avec un maximum de pistes concrètes à personnaliser en fonction de l’enfant que vous accompagnez. Vous trouverez sur ce site l’intégralité des 4 premiers guides abordant: les dyslexies / dysorthographies, la dysphasie, le TDA/H, et le TED. D’autres étudiantes poursuivront le travail et mettront à jour le site. Vous trouverez également sur ce site nos sources, des liens utiles sur les pathologies ainsi que les explications sur l’utilisation des guides.

le site

Article écrit le 2 août 2012 • classé dans Autisme, Bégaiement, Dyscalculie, Dysgraphie, Dyslexie, Dysorthographie, Dysphasie, Dyspraxie, Langage oral, troubles articulatoires, Troubles du développement

Info langage

La Fédération Nationale des Orthophonistes souhaite poursuivre sa mission de prévention auprès des parents de jeunes enfants et des professionnels de la petite enfance. Elle a créé ce site dédié à la prévention des troubles du langage. Il se veut aussi un outil dans la lutte contre l’illettrisme.
• Raconter l’histoire de l’émergence de la parole
• Montrer comment le partenariat se noue entre l’enfant et l’adulte
• Apporter des réponses
• Proposer documents et ressources
sont des missions de prévention que réalisent les orthophonistes dans leur exercice professionnel quotidien

le lien : http://www.info-langage.org/

Article écrit le 1 août 2012 • classé dans Autisme, Bégaiement, Déficience intellectuelle, Dyscalculie, Dysgraphie, Dyslexie, Dysorthographie, Dysphasie, Dyspraxie, I.M.C., troubles articulatoires, Troubles du développement

Les troubles de l’évolution du langage chez l’enfant : guide pratique

Le repérage et la prise en charge précoces des troubles du langage chez l’enfant constituent une priorité de santé publique, qui fait l’objet, depuis 2001, d’un plan interministériel (Santé, Éducation nationale).
Cette priorité est rappelée par la loi du 9 août 2004, relative à la politique de santé publique.
Le médecin joue un rôle prépondérant dans le suivi du développement harmonieux de l’enfant ; le développement du langage s’y inscrit et, à ce titre, des repères figurent dans le nouveau carnet de santé.
Afin d’accompagner les médecins dans leur mission, la Direction Générale de la Santé et la Société Française de Pédiatrie ont souhaité réunir un groupe de travail pluridisciplinaire, dans la perspective d’élaborer ce guide pratique.

evolution_guide_pratique

Article écrit le 25 janvier 2012 • classé dans Dys, Dysphasie

10 questions réponses sur les DYS

Voici un document édité par la FLA qui reprend les principales questions qu’on peut se poser quand on est confronté au diagnostic de DYS :10 questions_réponses sur les DYS

Pour plus d’infos, voici les coordonnées de cette association :

FLA Fédération française des troubles spécifiques du langage et des apprentissages

Où se soigner Troubles du langage et de l’apprentissage
Créée en 1998.

FLA
43, avenue de Saxe
75007 PARIS

Tel: 01 47 83 94 88
Fax: 01 47 83 94 88
Mail: federationfla@aol.com federationfla@aol.com
Site:     http://www.federation-fla.asso.fr

Les activités de l’association sont les suivantes:
initier et coordonner actions associations de parents concernés par les troubles spécifiques du langage et des apprentissages. Favoriser la reconnaissance de la spécificité de ces troubles et leur prise en charge.
Contact et interventions auprès des institutions et pouvoirs publics pour la reconnaissance et une prise en charge adaptées au sein de l’école, au niveau de la formation, de l’insertion prof. et de la formation continue.Diffusion d’informations, participation à des groupes de reflexion et
colloques ponctuels. Siège dans des commissions spécialisées.
publications:  Jeunes en situation de handicap, de l’école vers l’emploi éd 2005 éd Flabert.
50 départements

Article écrit le 6 juin 2011 • classé dans Dysphasie

Dysphasie : les aménagements en classe

Ce document édité par la GDTLA, propose des aménagements scolaires pour les enfants dysphasiques : Amenagement_dysphasie

Article écrit le 11 mai 2011 • classé dans Dys, Dyslexie, Dysorthographie, Dysphasie

Les Dys : le rapport Ringard

A propos de l’enfant dysphasique et de l’enfant dyslexique
Rapport – Jean-Charles Ringard février 2000

Rapport structuré en trois parties :

nature du problème posé (cadre institutionnel et essai de définition),

état des lieux au niveau national et international et recommandations qui s’articulent autour de cinq axes : développer dès l’école maternelle des actions de prévention et de repérage ; favoriser le dépistage précoce d’enfants potentiellement atteints d’un trouble du langage oral ou écrit ; améliorer la prise en charge des enfants mais aussi des adolescents ; intensifier la formation des personnels de manière pluri-catégorielle et pluridisciplinaire, en formation initiale et continue ; renforcer le partenariat institutionnel santé/éducation nationale.

A propos de l’enfant dysphasique et de l’enfant dyslexique  : Rapport Ringard

Article écrit le • classé dans Dysphasie

dysphasie : illustration des troubles

Adrien Honnons a créé une animation pour illustrer les difficultés d’un enfant dysphasique : lien